C’est la rentrée

Publié le Laisser un commentaire
Robe en crêpe de soie Claire _ Jeanne Voilier, soies de jour

#moinsmaisenmieux 

On reprend les bonnes résolutions

Après les vacances, l’été, le mois de septembre c’est pour nous aussi la rentrée et l’envie d’aller au bout de nos souhaits. Vous êtes prêt.e.s ? On vous explique tout.

Depuis le début de l’aventure Jeanne Voilier, notre volonté a toujours été l’atteinte du 100% français. Nous le pratiquons autant que possible et le privilégions toujours davantage mais après l’année particulière que nous venons de passer, nous avons tous envie d’aller plus loin, de penser autrement, de prendre soin de nous et de ce qui nous entoure, de retrouver le plaisir de se faire plaisir.

Aussi, vous le découvrirez, la robe Claire, petite nouvelle de cette rentrée, vous est proposée en pré-commande. 

Concrètement ça veut dire quoi ?

Non, ce n’est pas juste pour vous faire piétiner d’impatience ou mettre vos émotions à rude épreuve. On parle beaucoup et partout de la planète, de ses ressources, de son avenir, on lit ici et là que c’est maintenant qu’il faut changer les choses, revoir nos priorités, nos exigences. Le moins mais en mieux, c’est un début à cela. Ça signifie que chaque pièce proposée sera confectionnée à la commande, dans la taille et le coloris que vous aurez choisis.

Alors oui, il faudra savoir attendre…

…attendre que la soie soit prête, que les ateliers français avec lesquels nous travaillons réalisent votre modèle, que votre robe soit joliment préparée pour vous être expédiée et vous parvenir dans les meilleurs délais. Attendre la joie et le plaisir de la porter.

Pourquoi la pré-commande ?

plein de bonnes raisons à cela. On commence par quoi ?

  • les modèles sont confectionnés de façon raisonnée
  • seules les pièces commandées sont confectionnées, sans surproduction
  • cela favorise les circuits courts et les petits ateliers proches de chez nous, qui peuvent répondre à une telle demande alors qu’ils ne sauraient pas tous satisfaire une commande plus importante
  • cela fait du bien à la qualité comme au prix; pratiqué au plus juste

Quant à vous ?

c’est vrai, vous devrez patienter un peu, autrement dit retrouver le plaisir de l’attente, envisager votre achat différemment
 

mais si le pouvoir de changer les choses était aussi simple que de retrouver le plaisir de désirer, de rêver ? 

 
 

les secrets de la nacre

Publié le Laisser un commentaire
bijou or et nacre blanche

A l’occasion du lancement des nouveaux bijoux Moon, nous vous dévoilons les secrets de la nacre…

La nacre

c’est cette pierre naturelle issue des coquillages, qui va si bien au soleil, aux matières légères, aux peaux dorées. L’été, on a le droit d’en abuser !

Elle est essentiellement utilisée pour concevoir des bijoux précieux, des oeuvres d’art et bien d’autres choses encore, et ce depuis la préhistoire.

Etymologiquement, le mot nacre vient de l’arabe “naqqarah”.

Caractéristiques de la nacre

A la fois fine et délicate, la nacre se joue de nuances douces et ondulantes. Ce sont sans doutes ces caractéristiques qui font d’elle une pierre reconnue pour ses vertus apaisantes et régulatrices des états émotionnels mais aussi une stimulatrice de l’imagination et de la créativité. Qui ne voit pas dans ses reflets une invitation au voyage ?

La personne qui porte un bijou nacré bénéficierait de l’énergie bienfaitrice de l’eau, qui rééquilibrerait la circulation des énergies entre le corps et l’esprit et favoriserait la santé morale et physique.

La nacre s’offre pour les…42 ans de mariage, elle est le symbole du trésor caché.

Comment la porter ?

La nacre est une pierre qui fascine par ses mille et uns reflets. Irisée de blanc, d’ivoire, de beige ou de gris,  elle accompagne toutes les tenues estivales et illuminent  le bronzage. Que vous soyez robes claires ou robes foncées, vous aimerez la porter avec tout car elle s’adaptera à chacune de vos envies en faisant varier les prédominances de ses nuances.

S’agissant d’une pierre naturelle elle peut-être portée même à la plage, attention toutefois aux excès de crème solaire qui la terniraient.

Découvrez les nouveaux bijoux MOON en or 18 carats et nacre 

Le carré de soie

Publié le Laisser un commentaire
carré de soie Twiggy sweet blue | Jeanne Voilier, créatrice soies et bijoux précieux

Cet accessoire indispensable de l’été

C’est sûr, on va toutes l’adopter ! Parce qu’il se glisse partout, qu’il est élégant, doux et féminin, le carré de soie s’affiche comme l’accessoire incontournable de l’été, idéal pour apporter une note de couleur et une touche d’élégance très French style.

Délicat et léger, il s’impose cet été comme l’accessoire à avoir abso.lu.ment.

En quelques mots, on vous dit comment le porter 

  • pour maintenir les cheveux, très glamour
  • autour du poignet, à parfumer de votre senteur préférée
  • à la anse de votre sac, pour assortir l’air de rien le sac à la tenue,
  • autour du cou, noué de façon souple, touche élégante et féminine

On vous montre ?

Le carré de soie Jeanne Voilier

a la taille idéale pour toutes ces façons de le porter et bien d’autres. Confectionné en France à partir  d’un twill de soie, la qualité de soie  lui assure une très belle tenue et  une facilité d’entretien.made in France | Jeanne Voilier

HISTOIRES DE FEMMES

Publié le Laisser un commentaire
Marie Tembremande, joaillère, Isidora Joaillerie | Jeanne Voilier

portrait 4 : MARIE

Marie, joaillère

Dans la série Histoires des femmes qui ont fait ou font Jeanne Voilier, voici Marie, la petite fille qui fabriquait des bijoux… 

En entrant dans la boutique un tantinet vintage, ce que l’on remarque en premier c’est le calme qui y règne, le temps qui s’arrête. Et puis Marie arrive, souriante, on la devine un peu timide, sur la réserve mais surtout, elle semble ici dans son univers, dans sa bulle.

Ce qui nous a plu chez Marie ? Sa douceur

Depuis toute petite, Marie crée des bijoux. En perles de rocaille, en bois, avec des épingles à nourrice jusqu’au jour où elle découvre la possibilité de faire de cette passion, son métier.

“J’ai découvert cette possibilité en regardant l’émission des racines et des ailes, qui présentait les écoles de joaillerie. J’ai eu un déclic ! Car faire de la joaillerie était pour moi une évidence mais je ne savais pas comment se faisaient les bijoux en or et ne pensais pas que cela pouvait s’apprendre dans une école.”

Après le baccalauréat, Marie choisit d’intégrer l’Institut de bijouterie de Saumur pour une formation en apprentissage. Aujourd’hui elle a un atelier, créé il y a sept ans, qu’elle a appelé Isidora Joaillerie, le prénom de sa grand-mère. Situé à Lambersart, à côté de Lille sa région natale, l’atelier se trouve dans un quartier où tous les commerçants se connaissent. Une convivialité agréable, au sein de laquelle Marie peut travailler un peu plus tranquillement qu’en centre ville. Là, elle reçoit beaucoup de client.e.s. qui souhaitent des créations sur-mesure ou aiment ramener leurs trésors afin qu’elle les transforme. Pour satisfaire cette demande, Marie est en train de créer un vrai espace boutique car elle “aime prendre le temps d’échanger avec les client.es pour créer le bijou de leur rêve”. 

Marie en vrai

elle aime : 

  • les pierres de couleurs, surtout la tourmaline. 
  • les cabochons, pour lesquels elle a une réelle passion

elle n’aime pas :

  • ne pas avoir pu finir sa formation en gemmologie car elle est amoureuse des pierres. (mais elle la reprendra dès que sa petite Rita sera plus grande 😉 )

elle aimerait :

  • avoir plus de temps pour développer ses propres créations.

Marie et nous ?

pour Jeanne Voilier, Marie crée des bijoux sur mesure. Nous les dessinons ou lui soumettons nos inspirations et nos envies, nous échangeons avec elle sur la façon de réaliser des pièces délicates et abordables. Chaque pièce est ensuite conçue à la main, à l’unité pour les modèles personnalisés. C’est pour cela que les bijoux que vous commandez sur le site Jeanne Voilier nécessitent un délai de réception plus ou moins long, et c’est grâce à cela que chaque bijou est une pièce unique, un cadeau vraiment exceptionnel.

Merci Marie

Merci Marie, de prêter votre savoir-faire à Jeanne Voilier et de nous permettre de satisfaire aux valeurs qui nous sont chères : concevoir des pièces uniques ou en très petite série,  de façon raisonnée et toujours en favorisant les savoir-faire français et locaux. Et merci d’avoir accepté de jouer le jeu de ces histoires de femmes.

à suivre sur Instagram @isidorajoaillerie

et pour les rêveuses comme Marie www.institutdebijouterie.fr

HISTOIRES DE FEMMES

Publié le Laisser un commentaire
Histoire de femmes portrait Lara, Jeanne Voilier créatrice soies et bijoux précieux

portrait 3 : LARA

Lara, 21 ans étudiante

Troisième portrait de notre série Histoires des femmes qui ont fait ou font Jeanne Voilier, voici Lara. Elle est une de ces rencontres par hasard; par chance plus que tout. 

Ce qui nous a plu chez Lara ? Sa grande liberté.

Parfois assez raisonnable, mature et même déterminée à devoir faire des concessions, elle est aussi d’autres fois spontanée et impulsive, se laissant aller au gré de ses envies du moment, en mettant de côté les impératifs. Lara dit d’elle qu’elle est une “femme-enfant”. Nous disons d’elle qu’elle est sérieusement irrésistible.

Etudiante en bi-licence de droit et de sciences politiques à Paris, elle a, parallèlement à ce brillant parcours académique, co-fondé une revue littéraire et photographique au ton délicieusement décalé que tous les passionnés de littérature (comme nous) et de photographie (comme nous) doivent absolument aller découvrir et suivre sur Instagram : Paris est une gueule de bois. N’y voyez aucune dissonance,

Lara est tout simplement passionnée, sensible et libre. 

Ce qu’elle incarne de la femme Jeanne Voilier ? C‘est elle qui en parle le mieux :

” je suis très sensible à l’élégance naturelle, aux matières nobles dans les vêtements, à la beauté pure et brute, aux vêtements que l’on porte pour soi en somme et qui nous plaisent à nous-mêmes, en éveillant une féminité sans en exagérer les traits. J’aime les vêtements qui portent en eux une justesse exacte dans ce rapport à la féminité et à la grâce, et que je retrouve chez Jeanne Voilier”

Lara en vrai

elle aime : 

  • regarder les films de la cinetek blottie sur le canapé
  • imiter les statues dans les musées
  • mettre du lait dans son café
  • l’odeur des vieux livres
  • les longs trajets en train, en voiture, en avion, les longs trajets tout court

elle n’aime pas :

  • qu’on fasse du bruit pendant un film dans une salle de cinéma
  • râler (mais elle le fait quand même, c’est elle qui le dit 😉 )

elle aimerait :

  • danser dans les clubs de jazz avec des amis et faire des pique-niques en bord de Seine (surtout en ce moment)
  • réaliser des films, en écrire, écrire tout court, et continuer à prendre des photos
  • obtenir le diplôme de barreau d’avocat 

Lara et nous ?

Lara a porté sur Jeanne Voilier un regard à son image : moderne et vintage, élégant et décalé, avec des clins d’oeil à sa culture musicale et littéraire. Dans ses photos souffle un air du Paris des années cinquante, inspiration qu’il est bon de voir encore appréciée à sa juste valeur artistique et culturelle par les jeunes talents de demain.

Merci Lara

Merci Lara, d’être celle que vous êtes, d’avoir apporté votre richesse et votre sensibilité à Jeanne Voilier et d’avoir accepté de jouer le jeu de ces histoires de femmes.

à suivre sur Instagram @michellehouellebecq @parisgueuledebois 

HISTOIRES DE FEMMES

Publié le Un commentaire
jeanne voilier, collections de hauts et robes en soie , Jeanne Voilier, soies de jour et bijoux précieux

portrait 2 : JEANNE

Jeanne, 23 ans étudiante

Dans la série Histoires de femmes voici le deuxième portrait de celles qui ont fait ou font Jeanne Voilier. Aujourd’hui, nous vous présentons Jeanne. Elle est l’une des trois  femmes portant ce prénom, qui ont inspiré Jeanne Voilier.

Deuxième fille parmi quatre de la famille, elle montre depuis toute petite une extrême sensibilité à l’élégance et à la féminité, ce qui a parfois créé de longues négociations devant l’armoire ;-). Très exigeante envers elle-même, volontaire et déterminée, elle est aussi d’une extrême douceur.

Ce qui nous plaît chez elle ? Sa fascinante ambivalence. Entre force et douceur, froideur et grâce, sourire et sévérité, Jeanne est de celles dont le regard envoute ou foudroie. Au fond, elle est simplement très tendre. 

Ce qu’elle incarne de Jeanne Voilier c’est évidemment la féminité et cette pointe de tempérament sans laquelle rien ne serait possible.

Par delà les difficultés, Jeanne a un but et elle se donne chaque jour les moyens de l’atteindre. Ambitieuse, elle est aussi généreuse et affectueuse. Elle sait s’accorder des pauses pour penser à ceux qu’elle aime et profiter de moments précieux avec eux. Ses ami.e.s, ses soeurs, SA soeur Louise, son univers est fait de simplicité et de sincérité et ça fait le plus grand bien !

Jeanne en vrai

elle aime : 

  • un carré de chocolat à la fin du repas
  • faire de la plongée
  • partir en week end à la Campagne (avec les copains)
  • le piano
  • ses soeurs
  • la violette
  • et depuis deux ans son roi Arthur.

elle n’aime pas :

  • le ciel gris
  • l’agressivité

elle aimerait :

  • monter son cabinet d’avocats
  • voyager encore +++ 
  • tenir un jour un bar à smoothie sur une plage abandonnée.

Jeanne et nous ?

Pour Jeanne Voilier, elle a accepté de jouer le modèle le temps d’un shooting. Pas facile quand on connaît un visage depuis toujours de le (re)découvrir au travers de l’objectif d’un photographe qui l’interprète à sa façon. Mais l’essentiel est là.

Merci 

Merci Jeanne, de faire partie de ces histoires de femmes et d’être de celles, qui ont si joliment inspiré Jeanne Voilier, merci Monsieur Didier Knoff @le_k_gram, alias le faiseur d’images

HISTOIRES DE FEMMES

Publié le Laisser un commentaire
Histoires de femmes portrait 1 Juliette | Jeanne Voilier

JU (liette)

Juliette, 23 ans étudiante

C’est son côté hors d’époque qui nous a séduits. Juliette pourrait être une de ces héroïnes littéraires du XIXème siècle, toute à la fois romantique et ambitieuse, douce et déterminée, pleine de finesse et d’humour. Par dessus tout elle est nature, spontanée, drôle et enthousiaste. pour toutes ces raisons ça a été un plaisir de travailler avec elle.

Juliette en vrai

elle aime : 

  • sentir le soleil lui réchauffer la peau
  • manger des framboises du bout des doigts
  • être en chaussons

elle n’aime pas :

  • être en jean chez elle
  • ne plus avoir de batterie pour son enceinte
  • regarder un film avec quelqu’un qui fait des commentaires tout le long

elle aimerait :

actuellement en confinement, partir à la montagne, sinon, elle a hâte de retourner vivre au Brésil à la fin de son master !

Si nous voulons “des réponses plus romantiques” ? ;-)). Non, merci Juliette, c’est parfait ! 

Juliette et nous ?

Elle s’est prêtée au jeu de notre premier shooting, celui qu’on fait avec des amies, les amies des amies, le photographe que l’on connaît et par chance le nôtre est exceptionnel.

Le premier shooting c’est aussi la première collection, la première impression alors on ne peut pas se tromper, la suite en dépend. C’est le début d’une histoire, les quelques phrases qui posent le décor, l’ambiance, les personnages. Il faut immédiatement savoir capter, séduire, retenir pour que les autres pages soient lues.

Merci 

Merci Juliette, d’avoir si bien représenté Jeanne Voilier pour sa première sortie au printemps 2018 et merci Monsieur Didier Knoff @le_k_gram, l’ami photographe, alias le faiseur d’images

Juliette porte la robe en coton brodé FLOWER sur une robe en soie ivoire de la collection Jill

HISTOIRES DE FEMMES

Publié le Laisser un commentaire
Histoires de femmes portraits | Jeanne Voilier

DÉBUT

“Histoires de femmes” par Jeanne Voilier,  qu’est-ce que c’est ?

C’est une histoire qui a commencé il y deux ans, ou bien avant, et que nous vous raconterons au fil des jour.

C’est tout ce qui nous résume. Parce que depuis le début, Jeanne Voilier ce sont des histoires de filles, de soeurs, de femmes, qui ont fait que peu à peu nous avons eu envie de célébrer cet univers cent pour cent féminin.

C’est aussi l’occasion pour nous de porter un regard sur les deux premières années de Jeanne Voilier, que nous fêterons en avril.

“Ce sont les portraits de femmes qui ont fait, ou font, Jeanne Voilier”

En cette période exceptionnelle où nous sommes tou.te.s à la maison, nous vous proposons de découvrir des portraits de femmes. Proches, amies, rencontres, connaissances, toutes ont pris part à l’aventure Jeanne Voilier.

Chacune d’elles nous a inspirés ou accompagnés à sa façon, pour faire que le rêve Jeanne Voilier devienne réalité. Nous les en remercions et sommes heureux de les mettre à l’honneur.

très bientôt, pour le premier portrait d’une longue et belle série !

à suivre également sur Instagram @jeanne_voilier et la page Facebook jeannevoilier.

Jeanne Voilier sous l’objectif de…

Publié le Laisser un commentaire
midi-slip-dress, robe en soie, soies de jour, hauts et robes en soie | Jeanne Voilier par Michelle Houellebecq

2020 Jeanne Voilier change de ton

Nouveaux photographes, changement de décors, autres ambiances.

On ne va pas lutter contre la curiosité, l’envie de voir différentes sensibilités s’exprimer et proposer de nouvelles règles esthétiques. C’est ce qui fait que régulièrement, nous donnons la parole à de nouveaux photographes à qui nous laissons champ libre sur nos collections.

En 2019, c’est Didier Knoff @le_k_gram qui avait dirigé sont objectif expert sur nos soies de jour et avait su en exprimer toute la délicatesse et la féminité. C’était sublime.

Comme on aime bousculer les codes, cette année ce sont deux très jeunes photographes qui portent un regard moderne et neuf sur Jeanne Voilier, Lara Atia @michellehouellebecq et Guillaume Brunet-Lentz @lentzwill. Entre esprit vintage et hippie chic, ils proposent une nouvelle vision, un univers recomposé autour des femmes Jeanne Voilier.

Qui est Lara alias @michellehouellebecq ?

Avec un pseudonyme comme un clin d’oeil, qui fait déjà sourire les amateurs de littérature contemporaine, Lara Atia – Michelle Houellebecq, devait forcément attirer notre attention sur les réseaux sociaux. Qui est l’audacieuse qui s’est emparée du nom de l’un des écrivains les plus controversés de notre époque ? Il  suffit de jeter un oeil même rapide sur son compte Instagram pour voir que nous avons à faire à un regard aiguisé, une vison très street Life de la jeunesse d’aujourd’hui avec des allures de vieilles photos argentiques N&B des années Vian. Il y a l’envie très nette à la fois de saisir la vie, l’instant, la fête, mais aussi celle de lisser le temps, ce qui rend déjà nostalgique, en imposant les marques esthétiques d’un passé qui n’a même pas encore vraiment eu cours. Comme l’évidence inéluctable, que c’est ainsi que ça finira. Voici un peu du projet esthétique de Lara :

“j’ai co-fondé il y a un an, une revue littéraire et photographique avec des amis, du nom de “Paris gueule de bois”, sous format papier, en référence à “Paris est une fête” d’Hemingway, le but étant pour nous d’emprunter au passé pour retranscrire la modernité dans laquelle on vit en surfant sur l’intemporalité. On est très inspirés des poètes du grand jeu, qui avaient fondé une revue en 1928 alors qu’ils étaient encore lycéens. On essaie donc de garder les formes les plus pures de la photographie (l’argentique) et de la littérature, tout en s’essayant au monde contemporain en utilisant également les réseaux sociaux comme support. 

Je suis très inspirée par le vintage en général, d’où le fait que je choisisse d’utiliser pour certaines séries, un tourne disque avec de vieux vinyles, des livres anciens, ou bien que je choisisse de faire poser une modèle avec un petit appareil photo argentique.

Je travaille de plus en plus en collaboration avec Guillaume Brunet-Lentz, qui lui est photographe de métier et qui travaille dans les milieux de la mode et de l’événementiel. Nous avons des visions assez différentes mais qui s’harmonisent finalement bien ensemble. Lui, étant attiré par l’élégance dans le mouvement, le geste et l’attitude, travaille ses shooting en amont pour obtenir le visuel qu’il concevait dans son esprit ; et moi, dans une approche plus spontanée, je tente de prendre des photos sur le vif ou de faire oublier aux modèles qu’elles sont photographiées. La recherche de l’esthétisme d’une part, et de l’authenticité d’autre part, essaient donc de cohabiter dans nos visuels et par moment de grâce, elles se confondent. On travaille en ce moment sur différents projets, notamment un projet de court-métrage que l’on va filmer à quatre mains, en numérique mais aussi en super 8 avec des pellicules.

Etant étudiante en droit, je compte finir mes études pour passer le barreau et tenter par la suite le concours de la FEMIS en réalisation / scénario ou en tant que directeur de la photographie.”

Passionnés de littérature, de photographies ou simplement curieux, on ne peut que vous conseiller de suivre ces comptes sur instagram parce qu’ils font du bien. C’est bon de voir qu’aujourd’hui la littérature touche encore, qu’elle inspire aussi et que nous sommes finalement assez nombreux, malgré les écrans et la logique du tout toujours plus vite, à savoir encore en entendre les mots, les apprécier et donner libre cours à l’imagination. N’est-ce pas Zoé Ferdinand ?

 
 

Et nos soies de jour dans tout ça ?

Elles se prêtent au jeu de l’objectif et se montrent sous de nouveaux jours avec beaucoup de plaisir. C’est l’occasion de les voir portées différemment, mises en scène un peu plus glamour, un peu plus décalées mais toujours aussi féminines. La femme Jeanne Voilier se réinvente par les objectifs, pour proposer finalement des interprétations multiples qui veulent montrer que les hauts et robes en soie Jeanne Voilier sont des pièces minimalistes qui s’adaptent au style et aux envies de chacune. De toutes les couleurs, de différentes longueurs,  elles restent une valeur sûre, une base intemporelle et incontournable du dressing féminin.

 

photographie haut de page : @clairetoul en robe en soie ivoire de la collection Jill, par @michellehouellebecq

modèles de gauche à droite : @ukropo, @clairetoul, @rimafrere

à suivre :

@michellehouellebecque@lentzwill@parisgueuledebois@le_k_gram 

soies de jour, hauts et robes en soie | Jeanne Voilier par Michelle Houellebecq

soies de jour, hauts et robes en soie | Jeanne Voilier par Michelle Houellebecq

soies de jour, hauts et robes en soie | Jeanne Voilier par Michelle Houellebecq

soies de jour, hauts et robes en soie | Jeanne Voilier par Michelle Houellebecq

soies de jour, hauts et robes en soie | Jeanne Voilier par Michelle Houellebecq

soies de jour, hauts et robes en soie | Jeanne Voilier par Michelle Houellebecq

soies de jour, hauts et robes en soie | Jeanne Voilier par Michelle Houellebecq

puisque vous voulez tout savoir…

Publié le Laisser un commentaire
Nathalie Balmana | créatrice Jeanne Voilier

sur Jeanne Voilier

on vous donne l’occasion d’en apprendre un peu plus, ou plutôt le webmagazine Les Boomeuses vous permet d’en savoir davantage. Grâce à un moment passé avec sa rédactrice Arielle Granat, le temps s’est suspendu, entre intimidation et émotion d’avoir été retenue pour un portrait de Boomeuse* après de si talentueuses prédécesseurs (il existe encore des noms sans féminin ?). Vous allez donc enfin tout savoir sur la naissance de la marque Jeanne Voilier.

* entendre femmes proches de la cinquantaine, eh oui 😉 

Portrait de Boomeuse

c’est aussi l’occasion de (re)découvrir ce webmagazine né il y 6 ans, du désir d’Arielle Granat de proposer “un magazine à la fois léger, moderne et sérieux sur certains sujets, qui parle à des femmes dans toute leur diversité, avec un point commun qui est cet âge « charnière » autour de la cinquantaine.” 

Parce que oui, croyez-moi / nous, il y a une vie à près de cinquante ans, et elle est sacrément belle !

portrait-de-boomeuse-2, par Arielle Granat, Les Boomeuses